Démarche

Influencé par les sciences naturelles, le travail de Mélissa Longpré se concentre principalement sur la relation matérielle et émotionnelle avec les objets du quotidien, les objets perdus/trouvés et les spécimens naturels. Il porte également un regard sur notre environnement visuel usuel telles la signalétique, l’usure des matériaux et l’architecture. Il se traduit principalement par la photographie.

À la manière du naturaliste, elle collectionne les spécimens trouvés en tant qu’objets ou sous leur forme photographique. La mise en images de ses trouvailles s’inscrit dans un univers ludique et muséal à la fois. Elle s’intéresse autant à l’accumulation et la documentation qu’aux détails spécifiques et esthétiques.

Dans ses compositions photographiques, chaque élément devient une particule d’un nouveau langage et leur juxtaposition examine les dialogues qui s’en dégagent.

Pour alimenter son cabinet de curiosités, elle inventorie les détails, les anecdotes, les éléments à collectionner et les phénomènes récurrents.

La cueillette d’échantillons et la création de séries comme geste poétique, scientifique et artistique.

 

Bio

Mélissa Longpré est née à Carleton-sur-Mer en 1980. D’abord formée en Art, lettre et communication au Cégep de la Gaspésie et des Îles, campus de Carleton-sur-Mer, elle obtient un certificat en Arts plastiques (UQÀM 2001), puis un baccalauréat en Design graphique (UQÀM 2004). Entrepreneure, elle a fondé La naturaliste – éditions en 2016. Elle réalise des mandats en muséographie et en design graphique depuis une quinzaine d’années.